Jean-Jacques ROUSSEAU (1712-1778)
Fils d'un artisan genevois, Jean-Jacques Rousseau a traversé les milieux sociaux les plus divers, dans la perpétuelle nostalgie d'un lieu originel: il accepta les invitations de Madame d'Epinay, du maréchal de Luxembourg, du marquis de Girardin et vécut dans leurs propriétés de l'Ermitage, Montmorency ou Ermenonville. Citoyen de Genève, il fut condamné par sa ville après l'avoir été par le gouvernement français. Le seul lieu où il pouvait se situer était finalement la littérature, bien qu'il ait longtemps placé ses espoirs et ses ambitions dans son oeuvre musicale puisqu'il composa des opéras et des traités musicaux. Il eut également une expérience de secrétaire d'ambassade et fit aussi des études de chimie. Baptisé protestant à sa naissance, il se convertit au catholicisme en 1728, puis en 1754 l'abjure pour redevenir protestant et citoyen de Genève.
En 1762, ses œuvres, Le Contrat social et Emile ou de l'éducation sont condamnées. Revenu en France en 1767, toujours en errance, il renonce enfin à polémiquer et, se livrant aux plaisirs de l'herborisation, compose entre 1776 et 1778, ses Rêveries du promeneur solitaire.
Décédé à Ermenonville chez son hôte, le marquis de Girardin, il sera inhumé dans l'île des Peupliers puis transféré au Panthéon en 1794.

Paul BAUDIER
1881 - 1962)
Graveur sur bois — il fut l'élève puis le collaborateur d'Édouard Duplessis — et illustrateur, il commence à exposer en 1900, notamment au Salon des Indépendants, puis développe une impor­tante carrière d'illustrateur, d'abord dans la presse et, à partir de 1920, dans les livres.
Parmi ses très nombreuses réalisations, on peut citer Les Confessions de Saint Augustin, La Femme pauvre de Léon Bloy, plusieurs des premiers ouvrages de Georges Duhamel, des oeuvres de Rémy de Gourmont, les poésies complètes d'Arthur Rimbaud, des ouvrages biographiques de Romain Rolland, des poésies de Verlaine, des titres de Kipling, Maeterlinck, Maupassant, Alphonse Daudet, Flaubert, Diderot etc.