Gérard de NERVAL [Gérard LABRUNIE] (1808 - 1855)
Fils de militaire, orphelin très jeune de sa mère, il passe son enfance chez un oncle dans le Valois qui servira de cadre à ses œuvres littéraires. Il se lie dès le lycée avec Théophile Gautier, en compagnie duquel il fréquentera la bohème romantique. Sans attache véritable d'aucune sorte, il mène une vie d'errance géographique et affective, entrecoupée d'internements successifs à partir de 1841, année de sa première crise de folie.
C'est dans les dernières années de sa vie, entre 1851 et 1855, qu'il publie l'essentiel de son oeuvre. Dès 1854, Les Filles du Feu et, singulièrement, l'émouvante et poétique Sylvie avaient fourni matière à une abondante exégèse. On le retrouve un matin de janvier 1855, pendu chez lui rue de la Vieille Lanterne, alors qu'il venait d'achever Aurélia.

Jean-Pierre BLANCHET
Graveur, buriniste, Jean-Pierre Blanchet a notamment illustré Chemins et châteaux du Grand Meaulnes, préfacé par Marcel Jouhandeau et édité par la galerie Giraudoux à Paris en 1961.