François MAURIAC (1885 - 1970)
Né à Bordeaux dans une famille où se rencontrent les traditions de la bourgeoisie d'affaires et des grands propriétaires terriens, il reçoit une éducation catholique qui l'imprégnera profondément. En 1901, il découvre Maurice Barrès. Monté à Paris, il opte pour une carrière littéraire et choisit le roman, produisant ses œuvres les plus marquantes dans les années vingt, dont Le Baiser au Lépreux publié en 1922. Il publie également de nombreux essais et chroniques littéraires. Atteint d'un cancer des cordes vocales, il en gardera une voix particulière.
Journaliste, il s'engage aux côtés de la Résistance pendant la dernière guerre. À la Libération, il réagit contre les excès de l'épuration et marque son attachement au général de Gaulle. Son bloc-notes, qu'il poursuivra jusqu'à sa mort, en est un témoignage. Il fut élu à l'Académie Française en 1933 et reçut le prix Nobel de littérature en 1952.

Michel CIRY
Né à La Baule en 1919, il fut élève à l'École des Beaux Arts de Paris. Remarqué dès 1938 à l'Exposition des Artistes de ce Temps au Petit Palais, il reçoit une bourse en 1941 et le Prix National des Arts en 1945. Peintre, aquarelliste, pastelliste, graveur, illustrateur, il passe aisément d'une technique picturale à une autre. Il abandonne cependant l'huile pour le pastel et l'aquarelle en 1944. Il s'intéresse à la gravure de 1949 à 1951 et réalise une série d'estampes sur des sujets tirés de l'Ancien et du Nouveau Testament. En 1952, il recommence à peindre et se consacre entièrement à cette technique après avoir détruit une partie de son oeuvre.
Portraitiste au style incisif, il a une prédilection pour les sujets religieux, ce qui ne l'empêche pas d'être sensible aux lieux qu'il visite, en particulier la Normandie où il vit depuis 1964. Il apparaît alors comme l'un des peintres d'inspiration religieuse les plus importants du XXème siècle et de nombreuses expositions en France et en Europe ont salué ses réalisations.
En 1974, il publie un journal intime, Le Temps d'un Refus, dont la violence polémique fut jugée excessive par certains critiques. Il est également musicien. En qualité d'illustrateur, il s'est intéressé aux oeuvres de Fromentin, Gérard de Nerval, Julien Gracq.