Pierre LOUŸS [Pierre LOUIS] (1870 - 1925)
Arrière petit-fils du médecin de Napoléon, petit-neveu du général Junot duc d'Abrantès, il fut un élève brillant et se lança très tôt dans l'aventure littéraire. À 19 ans, il est présenté à Leconte de Lisle et, à 20 ans, il dirige une petite revue La Conque qui publie des poèmes de Heredia, Mallarmé, Verlaine, Valéry. Il épouse la fille de José Maria de Heredia et publie en 1891 un recueil poétique Astarté de facture parnassienne. Il suit peu à peu sa vocation de recréateur raffiné des jeux latins et des voluptés grecques, notamment avec Aphrodite en 1896. Classé parmi les poètes érotiques, il pratique avant tout le culte de la beauté attique, pour qui le corps est une oeuvre d'art. Ses célèbres Chansons de Bilitis inspireront Debussy et ses Aventures du roi Pausole, Honegger. Féru de culture antique, il traduit les Scènes de la vie des courtisanes de Lucien en 1894

Jules-Henri LENGRAND
Né dans le Nord, il fut l'élève d'Adolphe Crauk puis entra à l'École des Beaux Arts de Paris. En 1930, il remporte le premier Grand Prix de Rome de gravure, puis il se tourne vers la peinture. Après un séjour de quatre ans à la Villa Médicis, il revient en France et expose à Paris au Salon des Artistes Français où il obtient une médaille en 1928. Le directeur des Beaux Arts lui propose le poste de professeur à l'École des Beaux Arts de Nice en 1934.
Il a réalisé par ailleurs d'importantes peintures murales et des vitraux, notamment à la chapelle des Dominicains de Saint-Paul-de-Vence.