Rhétoriques

César de Sceva, petit-fils de NOSTRADAMUS, auteur / Julius
BALTAZAR, illustrateur

Prises de pouvoir, interprétation poétique de Michel BUTOR

Pour le 40ème livre de la Compagnie des Pharmaciens Bibliophiles, Julius
Baltazar a réalisé 19 gravures sur cuivre, à pleine page pour le magnifique
texte de Rhétoriques. Le manuscrit, propriété de la Compagnie des
Pharmaciens Bibliophiles, indique que Jean-Baptiste Petit, Maître écrivain
à Beaune, est né en la ville d’Autun le 6 août 1632. Il était écolier du
Révérend Père César de Sceva et il traduit cette Rhétorique du latin en
français en 1651 à l’âge de 19 ans.

Toutes les gravures ont été rehaussées à la main au crayon japonais, ce
qui fait que chacun des 150 livres est un original dont le texte a été repris
dans la langue du XVIIème siècle tel que dans le manuscrit de César de
Sceva de Nostradamus. Il est publié par les Pharmaciens Bibliophiles, pour
la première fois depuis 359 ans, en 150 exemplaires numérotés.

Tous les ouvrages imprimés sur vélin d’Arches 250 g. sont signés par les
deux artistes. Rhétoriques a été composé en linotypie au plomb Garamond
corps 14, les poèmes de Michel Butor ont été composés à la main en
Garamond corps 18. Chaque exemplaire est accompagné d’une ligne de
plomb prise au hasard du texte et d’un fac-similé de la « Rhétorique des
Larmes » réalisé par Bruno Jacomet.

Michel BUTOR (1926-)

Né à Mons-en-Baroeul en 1926, poète, romancier et essayiste français ;
professeur de langue française en Egypte, de philosophie à Genève. Sa
carrière universitaire se développe dans les années 1950, aux Etats-
Unis, en France et en Suisse, en tant que professeur de littérature et de
philosophie.

Auteur de La Modification (prix Renaudot en 1957). Après des débuts où la
volonté de représenter le monde contemporain s’impose, il est rattaché au
groupe du Nouveau Roman, pour ensuite s’essayer à de nouvelles formes
expérimentales (Mobile, ouvrage de collages divers). Il collabore alors
avec des artistes contemporains (série des Illustrations). Ses interventions
littéraires porteront alors sur le questionnement de la notion d’œuvres
croisées.

Julius BALTAZAR (1949-)

Né à Paris en 1949, Julius Baltazar, de son vrai nom Hervé Lambion,
débute sa carrière comme apprenti joaillier chez Artus Bertrand. Son
talent fut remarqué par Salvator Dali qui, le prenant sous son aile, le
couronna d’un nom d’artiste : Julius en référence à César et Baltazar pour
le roi mage.

Graveur et peintre, Julius Baltazar a illustré plus de 300 livres manuscrits
ou imprimés, mis en mots par les plus grands poètes parmi lesquels
Fernando Arrabal, Michel Butor, Michel Déon, Eugène Guillevic, Georges-
Emmanuel Clancier, Kenneth White ou encore la nancéienne Odile Massé.

Dans ses compositions très colorées, sur toile ou sur papier, il crée un
univers fantastique d’une grande richesse graphique et mêle taille-douce,
aquarelle, encre de Chine et crayon d’Arlequin.

Ses œuvres sont présentées dans d’importantes collections publiques
canadiennes, espagnoles, belges, suisses, japonaises ou françaises.